C’est sur cette amicale plaisanterie que nous avons achevé notre escapade bretonne en baie de Morlaix, ce weekend du 21 au 23 novembre.
Tellement de choses à dire que j’en dirai très peu, laissant à tous le soin d’apprécier les images d’Anne, de Jean-Marie et de votre serviteur.

Note préliminaire. Cet article fera l’objet d’une suite, n’ayant pas à ma disposition les images (très attendues) de Jean-Marie. La partie 2 arrivera en cours de semaine.

Le club de kayak de Gravelines à l’heure bretonne.

Il me reste, puisque c’était ma première longue randonnée « hors-Nord », un vague sentiment d’envie au vu du terrain de jeu extraordinaire qu’ont ces bretons, mais surtout, le plaisir de magnifiques rencontres et, je l’espère l’aube d’une amitié longue et riche.
Gravelines Kayak Club Photo de randonnée kayak en baie de Morlaix

Samedi 22 novembre: la chance du débutant?

Pour cette randonnée, le tour de l’île de Batz, au départ de Carantec. Un peu de plus de 15 milles nautiques, vent et mer calmes, ciel nuageux avec de nombreuses éclaircies (tout le temps d’ailleurs), et, allez, un crachin de 10 mn sur une rando de 7 heures. Un véritable enchantement.
Humainement, c’était la rando idéale. Pas de frime ni de démonstration, mais une bienveillance permanente et juste l’envie de découvrir et faire découvrir les trésors rocheux de cette partie de la Bretagne. Côté ravitaillement, là encore, le top. Un cassoulet maison préparé par Jean-Marie, avec amour et haricots, ayant, on s’en doute, entraîné fous-rires et pollution de combinaison à faire pâlir d’envie le capitaine de l’Amoco Cadix, suivi (le lendemain, ouf!) d’un triolet de tartes au Maroilles préparées par Marion, précédées d’une odeur de chaussette d’adjudant parachutiste en panne de lessive depuis janvier mais d’un goût incomparable en bouche. Comme dans le film!
La galerie ci-dessous représente la première partie: embarquement et navigation dans le chenal entre Roscoff et l’île de Batz.


Départ de la randonnée - Carantec - Baie de Morlaix - © Photo Olivier Soury



La galerie suivante représente la longe de la côte Nord de l’île, un peu de jeu dans les vagues, et une pause salvatrice pour les genoux de tous.


Dimanche 23 novembre: mais pourquoi donc 14 mètres?

Explication dans le texte. Nous sommes sortis, vaillants et sept*, ce dimanche matin, sacrifiant ainsi deux heures du « Jour du Seigneur » sur France Télévision au profit d’une séance pour aller voir ce qu’il se passe là-bas ». Proposition de Kaloun et Thierry. Bon, je n’ai pas rechigné malgré ma hargne télévisuelle et bigote, on était invités tout de même! Je me ferai le replay ultérieurement. Une météo nettement moins azuréenne que la veille, plus bretonne quoi! De la houle qui arrive de gauche, puis de dos, puis de droite, selon l’îlot rocheux sur lequel nous piquions. Pour finir, nous nous rendîmes à la pointe Ouest de l’Île de Batz, à passe plate là ou la houle, sourde, noire, sirupeuse et menaçante (mais c’est ça qu’est drôle, non?) nous a laissés béats d’admiration, y compris nos deux autochtones d’amis. Et là, d’une simple pression de bouton de je ne sais quelle télécommande, paf!, surgissent des rouleaux incroyables, genre murs d’eau terrifiants, qui s’éclatent comme des imbéciles sur les premiers rochers présents, qui, je tiens à apporter mon témoignage, ne leur avaient strictement rien fait! Alors, (j’arrive au bout de mon cheminement) le jeune kayakiste que je suis se dit, du haut de ses 80 cm (on est assis hein!), ces vagues doivent faire au moins 8 ou 9 mètres… 2 séances de surf, un portage de chameau et 3 bières plus tard, j’apporte ces chiffres dans la discussion. Et là…paf! Retourne dans tes cordes, Thierry et Kaloun m’expliquent qu’il est vraiment difficile d’évaluer la hauteur réelle d’une déferlante, souvent exagérée pour des raisons assez confuses. On s’est mis d’accord sur le fait qu’elles devaient bien faire en trois et cinq mètres. Pas quatorze me diras-tu, lecteur! Oui, mais nous, après être partis, on s’est mis d’accord sur les chiffres qu’on allait donner pour auréoler notre randonnée d’une gloire de viking revenant d’affronter le royaume déchaîné de Neptune.

Lire la partie 2, avec les photos de Jean-Marie et Anne!

*Marion, Sebastien, Patrick, Jean-Marie, Kaloun, Thierry, Olivier

Comments are closed.